Home
Prev
Next
> CZ-D 59 Rosvadov - Waidhaus (autoroute)
> Enquête frontalière : [Database]    |    Présentation par pays    |    Lexique    |    Atelier LIMO    |    Contact    |    Mentions Légales

[28.08.06 | 3062 km] Waidhaus a toujours été depuis le XVè siècle la ville frontière étape de l’axe commercial Nürnberg/Praha et même Paris/Praha. Depuis, son économie et son développement ont constamment été tributaires des fluctuations du marché et des échanges autant que des rapports qu’entretenaient les Etats entre eux. Entre 1945 et 1989, Waidhaus était le plus important des rares passages possibles à travers le rideau de fer entre l’Allemagne de l’Ouest et la Tchécoslovaquie. C’était un passage réservé aux personnes disposant d’une autorisation spéciale notamment les chefs d’Etat, les diplomates. D’où le développement d’une activité liée à ce trafic particuliers: hôtels de haut standing, commerces (dernière occasion pour les gens de l’Est de ramener des souvenirs de l’Ouest). Par ailleurs, quelques années avant la chute du mur, des entreprises allemandes s’étaient d’ores et déjà installées en Tchécoslovaquie en contournant la loi qui interdisait d’importer des produits finis du bloc de l’Est: des produits étaient confectionnés à 97% en Tchécosloaquie et les 3% restaurants en Allemagne (les boutons des chemises tchèques assemblées en Allemagne par exemple). Ce fonctionnement à la limite du légal a favorisé l’implantation de nombreuses entreprises au niveau de Waidhaus qui ont disparu avec la fin du bloc communiste. Cependant, l’ouverture de la frontière après la chute du mur a ôté à Waidhaus ce statut de « bout du monde » et lui permit de se développer davantage: dans un premier temps, les échanges se sont trouvés assez équilibrés: d’un côté des produits très bon marché (CZ), de l’autre des produits nouveaux et introuvables en République Tchèque (matériel électronique, outils...)

Pour la commune de Waidhaus, cette position frontalière s’est par la suite (à partir de 1995) avérée néfaste pour son économie du fait que les entreprises soient allées s’installer du côté où la main d’oeuvre était moins chère. Persistait encore une économie frontalière de part le trafic important au coeur de la ville mais qui a pratiquement disparu avec l’ouverture de l’autoroute en 1997: la ville s’est retrouvée désengorgée du trafic de poids lourds (qui ne cesse d’augmenter) et la qualité de vie s’est améliorée mais son développement n’en profite plus. Aujourd’hui, Waidhaus mise tout de même sur sa position stratégique pour attirer les touristes de passage. Les activités qui se développent côté tchèque attirent aussi bien les riverains allemands que les usagers de l’autoroute (camions et touristes). Les night club, les « Asia bazar », les stations essence ont investi les villages se trouvant sur l’ancien axe qui relie aujourd’hui la ville à la première sortie de l’autoroute côté tchèque. Au niveau du poste tchèque désaffecté, cette route à l’échelle aujourd’hui démesurée porte de par les différentes déviations, les traces de son changement de statut. Plus loin, le Mac Donald fait à nouveau figure d’établissement franchisé. On retrouve dans cet exemple de Waidhaus une typologie retrouvée à Zinnwald (CZ-D 24) ou Neugersdorf (CZ-D 10): une infastructure importante vient absorber le flux routier et désengorger la ville mais prive l’économie locale de sa source.