Home
Prev
Next
> CZ-D 53 Svatý Křiž - Waldsassen
> Enquête frontalière : [Database]    |    Présentation par pays    |    Lexique    |    Atelier LIMO    |    Contact    |    Mentions Légales

[25.08.06 | 2839 km] Waldsassen et Cheb (Eger) sont ce qu’on pourrait appeler des villes miroirs: à égale distance de la frontière et sur un même axe, elles présentent des problématiques similaires: basées sur la fabrication de la brique et de la faïence, l’industrie est en perte de vitesse. Les deux villes qui possèdent un patrimoine bâti certes différent mais tous deux intéressant et attractif misent sur le tourisme et la culture pour relancer leur économie. Waldsassen possède en son centre un monastère imposant comprenant une basilique et une bibliothèque de style baroque. Une des parties est en cours de réaménagement en espace culturel. Parmi les touristes attendus, la ville compte sur le tourisme d’entreprise et a déjà signé des accords avec des grandes firmes comme BMW ou Siemens et propose des espaces dédiés aux séminaires. Parallèlement, Cheb (Eger) a investi dans la rénovation de son centre ville (cf. CZ-D 52)

La chute du rideau de fer a été synonyme de désenclavement. Depuis 1990, les villes peuvent et ont tout intérêt à travailler ensemble, chose que favorise INTERREG: (pour obtenir des subventions pour la réalisation de projets, les villes frontalières se voient contraintes de chercher un partenaire de l’autre côté). Grâce à ce système, de nombreux projets ont vu le jour à Cheb (Eger) et Waldsassen comme des manifestations culturelles (concert, exposition, théâtre) ou des projets de construction ou de rénovation plus concrets (patinoire à Cheb (Eger), piscine à Waldsassen). Plus encore que l’expression symbolique de l’ouverture vers l’autre, c’est le besoin qui instrumente le travail en commun des deux villes.

Au niveau du poste lui-même, le complexe commercial qui s’y est développé présente une typologie spécifique: les stands de marché se concentrent dans une seule enceinte, l’espace commerçant y est circonscrit comme dans une ville médiévale. L’entrée se fait par des portes surmontées d’un écriteau: ASIA DRAGON BAZAR. Des panneaux non officiels stipulant l’interdiction du port d’arme à l’intérieur de l’enceinte autant que celle de photographier ou de filmer sont les témoins d’une gestion parallèle autonome des lieux. L’échelle est impressionante: 160 stands ouverts (vendant tous à peu près les mêmes produits), un nombre équivalent de stands fermés puis restaurants, coiffeurs, casinos, pharmacies. Aux extrémités, un grand alignement de maison est en construction en attendant d’être investies par les commerces.