Home
Prev
Next
> D-PL 25 Forst
> Enquête frontalière : [Database]    |    Présentation par pays    |    Lexique    |    Atelier LIMO    |    Contact    |    Mentions Légales

[04.08.07 | 724km] Forst offre au niveau de ses berges sur la Neisse/Nysa un spectacle étonnant: entre les deux rives, un vide sépare les deux Etats: le vide créé par 2 ponts détruit en 1945 et laissés tel quel depuis. Un vide spatial et temporel. De part et d’autre, les ponts semblent prendre leur élan pour s’arrêter en plein vol, figés et rendent l’autre côté soudainement encore plus inatteignable.

« Une frontière est une construction territoriale qui met de la distance dans la proximité » (Christiane Arbaret-Schulz, 2002). On en a ici une démonstration des plus cinglantes. Plus qu’une construction, on peut dire ici que c’est ici la destruction des ponts qui est à l’origine de cette mise à distance. Par ailleurs, cette destruction n’est ici pas uniquement territoriale mais a bien à faire également avec le temps, avec l’histoire. En 60 ans, on a la sensation que personne n’ait songé à relier les deux morceaux, que personne n’en ait éprouvé le besoin. Les gens peuvent se voir, s’entendre de chaque côté sans pouvoir se toucher, tout comme les deux parties des ponts en vis-à-vis. Il faut effectuer 2km et emprunter le passage au nord de la ville pour rejoindre l’autre rive. Ce dispositif semble être une allégorie de la frontière: les dix mètres de vide séparant les deux parties du pont symbolisent à eux seuls sa radicalité.

Devant le pont le plus imposant des deux, une pancarte rend hommage à tous les gens qui sont morts noyés en voulant traverser les fleuves Oder/Odra et Neisse/ Nysa à la nage pour rejoindre l’Ouest via l’Allemagne de l’Est.