Home
Prev
Next
> D-PL 18 Frankfurt/Oder - Słubice
> Enquête frontalière : [Database]    |    Présentation par pays    |    Lexique    |    Atelier LIMO    |    Contact    |    Mentions Légales

[01.08.07, 02.08.07 | 503km] Ce couple présente une configuration de ville-jumelle. Les deux villes ne formaient qu’un seul ensemble jusqu’en 1945 avant d’être coupé en deux par le nouveau dessin de la frontière. Il en a résulté deux parties avec une dissymétrie d’échelle et d’influence, Frankfurt étant plus grande que sa voisine polonaise. La ville allemande possède avec l’université européenne « Viadrina » un pôle d’attraction qui redynamise en partie l’image d’une ville au fort taux de chômage et à la population décroissante qui souffre de la chute du communisme et de la concurrence que constitue sur le point économique sa voisine polonaise. L’Oder/Odra sépare ainsi deux parties qui ont un passé et un futur très liés. Cette identité transfrontalière est sans contexte un atout commun que les deux villes tentent de faire valoir. Quelques projets en particuliers culturels ont déjà vu le jour mais on peut imaginer qu’il y en aura de plus en plus. Hormis l’université de Frankfurt, chaque ville ne possède pas intrinséquement d’énorme potentiel d’attraction mais la combinaison des deux forme un ensemble remarquable et original. Subsite néanmoins un déséquilibre entre les deux côtés. La différence de niveau de vie palpable entre les deux pays instaure des relations conditionnées par un rapport marchand. Les échanges s’établissent essentiellement par le biais du commerce (pour les cigarettes et l’essence en grande partie) et la mixité reste toute relative. Parallèlement, la majeure partie de la population polonaise parle l’Allemand, ce qui ne se vérifie pas du tout dans le sens inverse.

Les deux centres-ville sont articulés par le point de passage. Le dispositif de contrôle organise à lui seul une grande partie de leur circulation. Contrairement à Schwedt (D-PL 14), il constitue un des événement majeurs de l’organisation urbaine. L’espace est aménagé pour les piétons qui l’empruntent quotidiennement. La rue principale de Slubice qui débute quasiment au pied du pont est en grande partie vouée aux commerces frontaliers: coiffeurs, restauration, change, cigarettes.

C’est sur le pont, symbole des deux communes que les deux villes sont observables en même temps et se confrontent l’une à l’autre. Elles offrent chacune une image particulière par la « façade » qu’elles déploient sur l’Oder/Odra: un ensemble composite pour Frankfurt qui mêle clochers d’église et grands ensembles de logement en arrière plan, une façade moins imposante pour Slubice avec toutefois la présence de bâtiments récents sur les berges du fleuve qui par une architecture contemporaine semble vouloir briser une image terne et faire valoir celle de la modernité.

De part sa dimension et son identité fortement liée à l’histoire européenne, ce couple de ville représente un des emblèmes les plus représentatifs parmi les villes-jumelles frontalières. En 2003, les deux villes ont servi de contexte et de prétexte pour le film allemand « Lichter » de Hans-Christian Schmid qui fut primé au festival des Berlinales. Ce film traite de manière poignante du sujet de la frontière dans ses divers aspects (séparation spatiale par le fleuve, différence de niveau de vie, chômage...) à travers l’histoire de différents personnages dont une famille ukrainienne qui souhaite traverser illégalement l’Oder/Odra pour immigrer en Allemagne.