Home
Prev
Next
> D-PL 17 Küstrin Kietz - Kostrzyn
> Enquête frontalière : [Database]    |    Présentation par pays    |    Lexique    |    Atelier LIMO    |    Contact    |    Mentions Légales

[01.08.07 | 466km] Sur la carte, Kostryn est un point de rencontre fluvial: la Warta rejoint l’Oder-Odra. In situ, on ressent plus la convergence des nombreux axes de communication: des axes ferroviaires venant des quatre directions se rencontrent au niveau de la gare et les routes convergent sur un rond point qui fait presque office de place principale. Entièrement détruite pendant la guerre, la ville qui compte aujourd'hui 17000 habitants a été reconstruite selon une organisation pragmatique de blocs d'habitation présentant peu de hiérarchie.  Le village côté allemand est constitué en grande partie par une caserne vidée de ses militaires, à proximité de l’Oder.

Cette ville autrefois allemande s'étendait à l'origine sur les deux rives. Elle a été coupée en deux avec le nouveau dessin de la frontière en 1945. Le centre historique a été entièrement détruit pendant la guerre. Comme à cheval entre les deux pays, situé sur une sorte de presqu'île formée par les deux fleuves qui se rejoingnent un peu plus loin, il ne reste aujourd'hui que des ruines de cette ville fortifiée. Comme enseveli par une forte végétation et caché par les activités frontalières qui s'y développent à ses pieds, ce centre est pour ainsi dire invisible et inaccessible. Il n’en a pas moins une échelle importante et une haute valeur symbolique: la commune polonaise se plaît à présenter comme le socle, le haut lieu de la ville, cette cité pourtant quasiment inexistante. La question du patrimoine apparaît ici complexe: quelle valeur accorder à l’héritage de cette cité allemande détruite pendant la guerre appartenant aujourd’hui à la Pologne ?

A la différence de Cedynia (D-PL 15) ou de Linken (D-PL 07), les commerces sont plus organisés, moins agglutinés, plus lisibles. Les parkings et les bâtiments des enseignes de grands magasins de la grande distribution (Intermarché, Mac Donald...) se présentent sous la forme plus normée d’une zone commerciale classique. Un marché frontalier plus spontané d'environ 2 hectares occupe une partie des espaces de parking. Cette partie périphérique de la ville à l’activité exclusivement « frontalière » a éclos en 1993. Jusque là, seuls les traffic ferroviaire et les marchandises étaient autorisés à traverser la frontière. Ce développement a profité à l’ensemble de la ville de Kostryn et à son économie.