Home
Prev
Next
> SK-A 03 Záhorska Ves - Anger an der March
> Enquête frontalière : [Database]    |    Présentation par pays    |    Lexique    |    Atelier LIMO    |    Contact    |    Mentions Légales

[12.09.06 | 4918 km] Záhorska Ves était jusqu’en 1989 à la fois enclavée de part sa situation géographique mais encore plus du fait de la présence du dispositif de surveillance du rideau de fer qui donnait à ce village un statut de bout du monde. Enfermée d’un côté par le fleuve, de l’autre par des fils barbelés, des huttes de surveillance et des patrouilles militaires, la population, soumise à des contrôles oppressants, a dans la mesure du possible cherché à fuir ce lieu devenu invivable.

La mise en place tardive d’un bac vers l’Autriche (projet financé par l’organisme « PHARE » de l’U.E.) n’a pas vraiment palié aux problèmes économiques qui résultaient de cette période. Le petit bateau qui transporte les véhicules (de moins de 3,5T) d’une rive à l’autre, d’un pays à l’autre n’est en fonctionnement que depuis 2001 et ne suffit pas à permettre un quelconque développement. Cette forme de liaison archaïque permet tout juste à quelques habitants slovaques d’aller travailler en Autriche mais ne crée pas réellement de connection, de dialogue entre les deux villages et continue à les maintenir à distance malgré leur proximité. Un pont est en cours de négociation depuis plusieurs années mais le projet rencontre constamment la resistance d’une grande partie des habitants des villages autrichiens notamment pour des raisons de sauvegarde de l’environnement mais surtout pour des raisons d’ordre sécuritaire et de protection du travail. La minorité tzigane présente dans le village tchèque est particulièrement crainte côté autrichien. La majeure partie de cette population est installée dans ce village depuis 1945. Pour la plupart, ils ont été envoyé par le gouvernement tchécoslovaque occuper cette région frontalière et les maisons laissées vacantes suite à l'expulsion des Allemands après le décret Benes.

Le poste autrichien flambant neuf détonne au regard du vieux bateau slovaque qui assure la liaison sans interruption dans la journée. La problématique de la crue a été résolue par une prouesse architecturale: une imposante verrière soutient les bureaux de la police et le poste de contrôle ainsi définitivement maintenus hors d’eau. On peut s’étonner de l’important investissement financier qui a été fait pour mettre en scène la liaison (le poste positionné dans l'autre axe pourrait pratiquement faire office de pont tant le fleuve est étroit) et du peu d’avancement dans les projets de liaison plus pérennes.